First-time posters: please review the site's moderation policy

Bonjour,

A partir de quel moment peut-on considérer qu'une langue C est devenue une langue active de niveau B? Vous arrive-t-il, en tant qu'interprètes professionnels, pour ceux que ça concerne, d'interpréter de la langue C vers la langue B?

Merci

asked 29 Jul '15, 08:42

Sophie's gravatar image

Sophie
60559

edited 31 Jul '15, 02:08

G%C3%A1sp%C3%A1r's gravatar image

Gáspár ♦
6.7k141829

Une précision terminologique : on parle généralement de B material quand le niveau de langue est jugé suffisant pour commencer à s'exercer à travailler vers cette langue pour in fine acquérir un B.

(29 Jul '15, 09:26) Gáspár ♦

Ah ok. merci pour cette précision.

(29 Jul '15, 10:16) Sophie

A partir de quel moment peut-on considérer qu'une langue C est devenue une langue active de niveau B?

L'article sur les Langues B de chris Guichot de Fortis donne un bon aperçu de ce qu'il faut faire, puisque le C ne deviendra pas B par magie, mais requiert un travail ciblé, ardu et de longue haleine.

Il y donne également sa définition de la langue B avec une estimation du niveau à atteindre :

+++La langue ‘B’ telle que pratiquée au niveau le plus élevé en conférence (par exemple à l’OCDE, au Conseil de l’Europe, à l’OTAN, au sein des différents ministères nationaux..) est donc une deuxième langue dont la maîtrise se situe, grosso modo, à un niveau légèrement en-deçà de celui d’une langue maternelle d’interprète (entre disons 2% et 15%, il étant entendu que ce genre de mesure n’a que peu de sens). Cette langue se pratique à un très haut niveau de richesse et de souplesse, et qui dépasse sensiblement le niveau de langue du ressortissant lambda, même diplômé universitaire, du pays en question.+++

Vous arrive-t-il, en tant qu'interprètes professionnels, pour ceux que ça concerne, d'interpréter de la langue C vers la langue B?

Oui, ça peut se faire. Si tu jettes un oeil à l'annuaire AIIC, tu verras que certains collègues vont indiquer qu'ils travaillent de leur(s) C vers leur B (c'est le cas du collègue précité), alors que d'autres ne le font pas.

permanent link

answered 29 Jul '15, 09:01

G%C3%A1sp%C3%A1r's gravatar image

Gáspár ♦
6.7k141829

edited 29 Jul '15, 09:01

Donc si je comprends bien, pour avoir en anglais B il faudrait que je maitrise l'anglais aussi bien que C. de Fortis maitrise le français? Personnellement je pensais que c'était sa langue maternelle. Merci Gaspar :)

(29 Jul '15, 10:25) Sophie
1

Sophie, même si l'idéal est d'avoir un B qui se rapproche le plus possible d'un A, il est évident que tu ne pourras pas atteindre ce niveau avec seulement quelques années d'entrainement. Par contre, tu pourras atteindre un niveau suffisament bon pour pouvoir interpréter parfaitement de ta langue A vers ta langue B. Généralement, les personnes qui interprètent de leur langue C vers leur langue B ont un B presque équivalent à un A.

(29 Jul '15, 11:13) Camille Collard

Merci pour cette précision Camille, ça me rassure quand même un peu. Pour revenir à la demande sur le marché privé à Bruxelles. Quelle combinaison est la plus demandée sur le marché privé? A<>B ou C<>B?

Merci Camille.

(29 Jul '15, 17:14) Sophie
1

@Sophie -- Le "C" étant purement passif, "C<>B" est aberrant. Tout au plus C>B. La définition aiicienne du classement linguistique permet d'extrapoler 6 types de paires linguistiques: A>A, B>A, C>A, A>B, B>B, C>B. Un vrai double A (très rare) sera évidemment qualitativement supérieur à un C vers B. Mais pour certaines langues et/ou sur certains marchés un bon C vers un très bon B bien maîtrisé procure du travail. Tout dépend des langues, du marché, du professionnalisme de l'interprète, de son expérience, de ses collègues, du sujet, etc. On ne peut pas généraliser. Personnellement, sur le privé, je préfère souvent recruter un bon A>B plutôt qu'un C>A pour qui ce C n'en est qu'un parmi d'autres.

(29 Jul '15, 17:55) Vincent Buck ♦♦

Tu sous-entends que plus un interprète a de langues passives, moins il est susceptible de les maitriser toutes?

(30 Jul '15, 18:25) Sophie

emphasized text Oui, le niveau du B doit se rapprocher autant que possible du A. Cela dit, on n'est pas obligé à mon avis, d'accepter toutes sortes de conférences sur toutes sortes de sujets. Dans mon cas dans les années 60, lorsque j'avais un contrat-cadre auprès de l'Unesco, je travaillais presque toujours en cabine russe, à la demande presque suppliante d'Alex Blokh, le chef-interprète de l"époque, car la bonne cabine russe était une denrée rare! Mon russe est certes ma langue "maternelle" au sens où c'est la langue de ma Maman chérie, mais j'ai dû le travailler sérieusement après le bac afin de le hisser au niveau d'un B véritable. Mais, et c'est là que je pense apporter un élément original au débat, je limitais mes prestations en cabine russe à l'Unesco. Je me limitais donc à des sujets que je maîtrisais par ailleurs...

permanent link

answered 06 Oct '15, 22:14

MichelD's gravatar image

MichelD
1294

En effet, il va de soi que le niveau du B variera d'un interprète à l'autre. Tout comme le niveau de la langue C varie, et c'est à l’interprète d'évaluer ce qu'il est capable de faire ou pas. Mais il y a, à mon avis tout de même, un niveau-seuil à atteindre avant de pouvoir se lancer. Comme tu le dis, même si le Russe est ta langue "maternelle", tu as dû travailler pour en faire une langue B. Et aujourd'hui, étant donné l'importance de la langue B sur le marché privé, être en mesure de l'utiliser uniquement dans certains cas, est un gros handicap.

(07 Oct '15, 03:20) Camille Collard

True, it can be a handicap if you limit yourself, and you are looking for a wide market. But it is a very professional attitude, to only work in those subjects that one knows one can do well. For example, I try never to do hugely literary subjects, interpreting poets et al, while I will grab any meeting in the nuclear field with both hands, mainly because I understand the topic and have much wider experience.

From the beachhead of a topic you know well, you can then expand your vocabulary to cover other areas. This was my approach in adding a C; I added it at first only for the organizations where I worked extensively, and where I already knew the topics well; only after I felt that I had understood the basic principles of working from that C did I accept work in other fields.

(14 Oct '15, 13:35) JuliaP

AIIC's suggestion - with which I agree - is as follows...

"If you want to interpret into and out of a foreign language then not only will your understanding of the language be comparable to that of an educated native-speaker but you also need to speak the language to a similarly high level."

There are 2 distinct schools of thought and groups of interpreters for the C into B issue. Some, like the EU's rule of thumb, reckon that you can interpret only from your A into your B (and not from your Cs). Others (like de Fortis mentioned above) believe that you should be able to do all of your languages into your B language. (This is called "doing a full booth" in the EU.) There is no right or wrong in the argument but clearly C into B is more likely to cause problems than A into B.

permanent link

answered 10 Oct '15, 09:44

Andy's gravatar image

Andy
6.8k212839

edited 10 Oct '15, 09:51

Your answer
toggle preview

Follow this question

By Email:

Once you sign in you will be able to subscribe for any updates here

By RSS:

Answers

Answers and Comments

Markdown Basics

  • *italic* or _italic_
  • **bold** or __bold__
  • link:[text](http://url.com/ "title")
  • image?![alt text](/path/img.jpg "title")
  • numbered list: 1. Foo 2. Bar
  • to add a line break simply add two spaces to where you would like the new line to be.
  • basic HTML tags are also supported

Question tags:

×481
×74
×30

question asked: 29 Jul '15, 08:42

question was seen: 2,146 times

last updated: 14 Oct '15, 13:35

interpreting.info is a community-driven website open to anyone with questions and/or answers about interpreting, i.e. spoken language translation

about | faq | terms of use | privacy policy | content policy | disclaimer | contact us

This collaborative website is sponsored and hosted by AIIC, the International Association of Conference Interpreters.