First-time posters: please review the site's moderation policy

Cher tous,

Je m'inscris pour poser une question fatidique...y aura t il du travail pour les interprètes francophones dans les années à venir? J'ai épluché ce forum intéressant et je voulais avoir une réponse précise.J'ai rencontré des interprètes (ayant notamment l'italien comme langue A) affirmant qu'il ne valait pas la peine d'entamer un master un interprétation car le métier d'interprète de conférence était voué à disparaître dans la décennie à venir à cause, m'a t on dit, du progrès technologique et de la prédominance croissante de l'anglais utilisé en réunion. Est-ce vraiment le cas? D'autre part, une amie à moi étudiant à Marie Haps m'a expliqué que selon un de ses professeurs, ayant l'italien également, les interprètes ne seraient plus demandés dans 10 ans parce que,(ca reste à vérifier) une "nouvelle législation" vient d'être adoptée et elle stipule que c'est désormais les délégations qui doivent débourser de l'argent pour leur interprète...J'ignore de quoi ce professeur parlait précisément. Pour résumer, en mettant toutes ses chances de son côté (bonne formation universitaire + combinaison de langue viable), l'aspirant interprète a-t-il une chance de vivre de son métier, à noter qu'il réussisse les examens d'accréditation dans les organismes?

Merci à tous

Answers are welcome in German, English, Dutch and French.

asked 18 Feb '15, 10:17

Saph's gravatar image

Saph
31227

edited 20 Feb '15, 06:45

Nacho's gravatar image

Nacho ♦
73381532


Hello! You can find answers that go either way, depending on if you are an optimist or a pessimist. I have read the research on possible new technologies, but while they may work for translation in very limited circumstances, I don't feel that interpreting will be able to be replaced in that near a future.

In all cases with all languages, unless you are a staff interpreter, there may not be enough "conference" interpreting for one to make a living. However, the interpreting field is much wider than working for international organizations. A market study was commissioned a few years ago, and there was a phenomenal number of FR<>EN days in Paris alone - and there are very few international organizations there. See the question Other markets than conference interpreting for an explanation.

Personally I am optimistic about French as an interpreting language, provided you have a good English B.

permanent link

answered 18 Feb '15, 13:00

JuliaP's gravatar image

JuliaP
2.9k249

edited 19 Feb '15, 06:08

Hi Julia. Thank you for your answer. So you assume it's not possible to make a living from the EU only for example, even if one has a good combo and passes the accreditation test?

(18 Feb '15, 13:12) Saph
3

Again, personally, I think you might be able to make a living from just the EU, but only if you have the right language combination at exactly the right time, as Andy says. I just don't believe at all in putting all your eggs in one basket, because conditions change quickly - for all sorts of reasons - and suddenly your market can be wiped out. That's why I am a huge fan of a good EN retour, and for private market work.

(19 Feb '15, 06:11) JuliaP

Rumours of the death of the profession are greatly exaggerated! Some booths however, like the IT booth are having a hard time at the moment. (So the answer will depend on who you ask, as Gaspar says)

And no one knows what the future will bring. [But here is a recent, optimistic, article on the subject...

Politically FR is unlikely to disappear any time soon, so you'll be needed to translate all the bad English into FR.

Institutional interpreting can be risky because you end up with one big client (all your eggs in one basket) it is subject to political decisions. I'm not sure about the example of costs that you mention, but a change in the way interpreting was paid for in the EU Council in 2003 led to demand for interpreting into and out of SV and DA plummeting overnight. Similarly a budget cut at the European Parliament in 2012 saw freelance recruitment drop 35+% in the EN & DE booth, more in some others. On the other hand a political decision in the EU a couple of years ago suddenly created a demand for interpreters with Irish.

One way of not being dependent on the institutions is to have a B and work also on the private market. FR-EN markets exist in Paris, Canada and Africa (to name but the big ones). It's more varied work, harder to find, with varied prices and less regular work. But... if one client starts recruiting you less, or not at all, it will only be a small part of your total work.

permanent link

answered 19 Feb '15, 04:26

Andy's gravatar image

Andy
6.7k212738

I agree with Julia that research on the subject is not really convincing. We are only starting to see PhDs in interpretology and machine interpretation. The biggest problem is that most researchers are outsiders who don’t really know our profession or the conditions we work in. Right now, we might have solutions for excessively slow native speakers, but we all know this happens once in a blue moon.

I also highly doubt that everybody will be able to speak English good enough to use it effectively in every situation. I have not seen any revolutionary language teaching method that would allow it anyway.

Until then, if you really want to be an interpreter, just know that you will have to be flexible and adapt to the new market while maintaining the same level of quality. Exactly like interpreters are doing with the current market and the many changes that have occurred in the last 10 years. You will also have to work with technology and not against it. If it is feasible, it will happen no matter what we do, so let's try to make it as efficient as possible.

About the chances of making a living as an interpreter, this is a whole different question with many other factors that have already been discussed in other threads.

permanent link

answered 18 Feb '15, 18:08

Camille%20Collard's gravatar image

Camille Collard
8639

By the time interpreters are replaced with global english and machine translation, many other people will be out of jobs as well, and society will have bigger fish to fry than figuring out how to employ conference interpreters.

permanent link

answered 20 Feb '15, 13:45

Anyuli%20In%C3%A1cio%20Da%20Silva's gravatar image

Anyuli Ináci...
350114

I don't get your point. Are you ironically saying that what I said will never happen?

(20 Feb '15, 14:39) Saph
1

No. I'm saying that, if it does happen (and that is kind of a big if), there will be a LOT of people, not just interpreters and translators, who will be out of a job when speech recognition technology reaches that level of sophistication. Therefore, given that MANY MANY people will be out of jobs if this technology gets there, I worry very little about a professional group that speaks 3-4 languages fluently and holds one (if not more) advanced university degrees.

(20 Feb '15, 20:16) Anyuli Ináci...

Ok I just got it. Thank you Anyuli ;)

(20 Feb '15, 23:44) Saph
1

Je ne suis pas sûr que des gens n'ayant connu que leur niche pendant une, deux voire trois décennies soient des plus simples à recaser ailleurs.

Un ingénieur qui perd son emploi à cinquante ans aura beau être bardé de diplômes et d'expérience, si demain ils sont 5.000 à être au chômage, pas tous ne retrouveront un emploi, et encore moins un emploi offrant la même qualité de vie et le même confort financier que celui d'une profession où on vit bien en facturant cent jours de prestation par an.

Sans compter que nous sommes spécialistes de notre matière, qui même si elle présente des compétences utiles pour d'autres secteurs, aura du mal à faire le poids avec des entrants déjà formés sur mesure pour la tâche à accomplir (journalisme, relations publiques, etc.). Si j'ai besoin d'un chargé de communication, je prends l'interprète quadragénaire qui n'a connu qu'un employeur en quinze ans (comme la majorité des 3.000 freelance UE), ou je préfère la jeune diplômée qui a le master qui la destine à cet emploi, et qui en plus peut se targuer de trois stages de six mois chacun dans d'autres boites ?

Même si la situation d'un jeune diplômé et interprétation et un interprète confirmé n'est pas la même, il faut dire que les premiers connaissent d'énormes difficultés à trouver un emploi du même niveau de qualification que ce pour quoi ils ont été formés, lorsqu'ils n'arrivent pas à atteindre leur objectif initial. Ca ne présage rien de bon dans l'éventualité d'un chômage technique massif, à moins que l'on veuille tous finir secrétaire trilingue au salaire minimum, ou bosser dans un call-center.

(21 Feb '15, 07:01) Gáspár ♦

C'est pour cette raison précise que vous avez plus que raison de conseiller aux aspirants interprètes d'entamer un cursus dans un autre domaine. Si nous connaissont ce scénario apocalyptique, toi au moins Gaspar tu pourras utiliser tes diplômes de droit. En revanche comme tu le dis si bien, ceux qui n'ont connu que l'école de traduction devront se contenter d'un poste de secrétaire trilingue, call center ou encore assistant administratif. Bref, des emplois qui ne sont pas dignes des efforts fournis pendant les études.

(21 Feb '15, 10:04) Saph

Dis donc, Gaspar, tu dépeins un beau tableau ! Pourquoi cette réponse aussi défensive, et allez, disons-le, aggressive ? Avec ton indulgence, je donne juste mon point de vue. Déjà, non, je ne pense pas que les outils de TA aillent remplacer les interprètes de conférence de haut niveau dans l'avenir proche, ou même lointain. Du moins aux USA, le gouvernement aura toujours recours à des professionnels spécialisés, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité.

Puis, SI les interprètes étaient remplacés par des moyens technologiques (notez le SI tout en majuscules), je ne dis pas que cela ne serait pas difficile ou triste, mais on aurait toutes les compétences nécessaires pour s'en sortir. Il n'y a pas besoin de devenir secrétaire trilingue (il existe d'autres emplois où on a besoin de gens qui savent bien s'exprimer à l'écrit et à l'oral) sauf si on le souhaite. Et crois-moi, mon grand, il y a des secrétaires trilingues à la Banque Mondiale qui gagnent 10-15k/mois, non-imposables, thank you very much.

Un dernier point : sors de ton appart et de ta cabine pour te rendre compte que la vie de nos jours est très très difficile pour une grande majorité de nos concitoyens. Il y a des personnes qui font des études aussi longues que les études en interprétation voire plus longues, qui on des prêts à rembourser, des enfants ou parents à leur charge, qui vivent dans une banlieu de merde à 2h de leur travail et qui PEINENT à acheter à manger à la fin du mois. Ce sont souvent de personnes qui doivent avoir 2-3 boulots pour survivre (je ne parle même pas de vivre avec du confort ou de la sécurité financière). Et encore, il y a tous ceux qui sont au chômage, malgré leurs diplômes ou envie de travailler.

Donc, STOP, avec les interprètes qui se plaignent qu'on ne peut plus en vivre de ce métier. STOP avec le complèxe de victime et la auto-martyrisation. On est hyper fortunés d'avoir un métier sympa et bien rémunéré.

(21 Feb '15, 11:02) Anyuli Ináci...
3

Gaspar, I'm not sure the situation is quite so dire. Yes, the market is changing, but we have to know how to change with it (in fact one of my professors would always tell us, "Il faut savoir s'adapter au marché!") while also knowing how to work together and assert ourselves as professionals in the face of clients, organizations, agencies, the Language Service Industry behemoth in order to preserve what we do have and ensure the conditions that really do matter. (Unfortunately it seems increasingly clear that attempting to organize conference interpreters, even when it is a matter of self-preservation, is akin to herding cats suffering from serious PMS).

Interpreters are certainly not the only ones facing this challenge, and this is not a new phenomenon. The New York Times recently ran a piece about how most jobs today didn't exist 100 years ago. The job of an engineer today in his 60s is unrecognizable from what he learned at university and starting out. As far as interpreters- there was a time where there were no professional interpreters at the international organizations working with Hungarian or Lithuanian, and when working into a B language was, in many instances, unthinkable. Yes, people used to walk out of a CI program with EN/FR/ES and into a cushy job in Geneva. But non-interpreters used to graduate from a BA program at their state university and into a full-time job with benefits for the next 40 years.

(21 Feb '15, 13:29) InesdC
4

It is true that conference interpreting alone is sometimes not enough to make a living, depending on your languages and where you live- there are other venues for our skills though, including the private market, law, translation, audiovisual, etc. (All the more reason for conference interpreters to pay close attention to trends and work to protect and improve working conditions in those fields, by the way). There is also the option to move to a better location, upgrade or add a language, work on passing a certain test...

As far as French interpreters, I'm not terribly concerned that they are a dying breed. There is plenty of work for a good French booth interpreter, especially if he or she has active English, Russian C, or something exotic up his or her sleeve.

(21 Feb '15, 13:29) InesdC
1

Anyuli, ma réponse n'a rien d'agressif et je crois que tu as ici ou là fait une interprétation erronnée de mon propos. J'exprime mes doutes quant à l'aisance et la joie avec laquelle mes pairs qui, dans l'éventualité improbable d'un chômage technique, pourraient se reconvertir. La principale alternative digne en Europe où les langues sont importantes, ce sont les concours EPSO. Beaucoup de candidats, très peu de places.

Si je me permets d'exprimer ce doute, c'est parce que je travaille non pas à Washington DC, mais bien en cabine française et pour le client mentionné dans la question initiale. C'est un marché et une région que je connais, tant par les débouchés que les écoles qui produisent nombreux prétendants, mais rares élus.

Je suis content d'exercer mon boulot, contrairement à ce que tu laisses entendre. C'est comme un hobby que j'ai trop peu l'occasion de pratiquer. Avec deux langues rares, sept années d'études, deux masters, je suis content d'être à peine en deça du salaire médian du pays. Je ne me plains pas en disant que c'était mieux avant : je n'ai pas connu cette ère là. Et je m'en sors même mieux que mes pairs ! Moi, j'ai été invité au test, moi, j'ai été accrédité.

Je connais aussi le marché de l'emploi aujourd'hui en Europe et plus particulièrement à Bruxelles, où l'un de mes colocataires (un doctorat en droit en poche) fait un stage non-rémunéré à 32 ans, et jalouse mon autre colocataire qui lui est rémunéré 300 euros par mois pour son travail.

Je ne pense pas être nanti, en revanche je pense sortir assez souvent de ma cabine et de ma maison pour connaître le sort des jeunes interprètes dans cette ville qui n'ont pas ma chance et/ou mes langues. Ceux qui n'arrivent pas à vivre de leur profession. La précarité Bruxelloise que cristallise l'UE tel une ruée vers l'or n'existe peut être pas dans les mêmes proportions à Washington DC, d'où peut-être ton incompréhension initiale à l'égard de mes propos.

Voir aussi: https://extranet.aiic.net/page/6537

(21 Feb '15, 15:59) Gáspár ♦

Je comprends tout à fait ta détresse. Ne pense pas qu'à DC c'est la panacée. As-tu entendu parler du "shutdown" ou du "sequester" ? Les grandes coupes budgétaires mises en place durant l'administration d'Obama ont eu un impact énorme sur le nombre de jours de travail des interprètes dans toutes les combinaisons linguistiques. Je ne parle même pas des organismes internationaux sur place qui se voient confrontés à des difficultés financières, et qui essaient de faire des économies sur le dos de leurs employés ou, le petit terme qu'on adore à DC, "their contractors" (ça c'est nous !).

Je sais bien que le marché à BXL s'est beaucoup dégradé ; c'est ce qu'on entend anciens de l'ESIT qui bossent sur place. De plus, à Washington, on a été très choqués d'apprendre sur la nouvelle modalité d'embauche au SCIC avec un système d'emails automatiques. Comme l'a dit un collègue : "SCIC now works like a phone sex company". Malheureusement, ce n'est pas très loin de la réalité. On espère que cette "mode" n'arrivera pas dans d'autres marchés.

Pour faire le bilan : nos conditions de travail sont menacées dans tous les marchés. Nos employeurs ont bien compris "divide ut regnes". Tandis qu'on se bagarre sur des forums sur internet ou à l'assemblée de l'AIIC, ils sont en train de voir comment économiser de l'argent en minant nos conditions de travail et de recrutement, sans parler de la rémunération qui n'augmente pas au même rythme que le coût de vie.

On dirait qu'il est temps de présenter un front commun (par le biais de l'AIIC ou d'autres organisations), et négocier sérieusement sur nos conditions de travail à l'avenir. Ah, mais dès qu'on dit ça, les collègues plus chevronnés répondent : "CHUT ! On te 'blacklistera' du marché".

(22 Feb '15, 11:13) Anyuli Ináci...
showing 5 of 10 show 5 more comments

Pour résumer, en mettant toutes ses chances de son côté (bonne formation universitaire + combinaison de langue viable), l'aspirant interprète a-t-il une chance de vivre de son métier, à noter qu'il réussisse les examens d'accréditation dans les organismes?

Ca fait beaucoup de si et d'autant d'incertitudes avant même d'avoir commencé. Mais admettons... Finalement, il ne reste alors qu'une variable : le volume de travail total que l'UE peut donner à ses freelance. On répète que la demande ne change pas ou si peu, mais même une fluctuation infime peut changer le quotidien d'une cabine ou d'une personne du jour au lendemain. Et tout le monde s'accorde à dire que d'une, rien n'est prévisible avec certitude, et que de deux, une augmentation de la demande est improbable.

Bref, ça reste un pari et un parcours ponctué d'incertitudes.

permanent link

answered 21 Feb '15, 07:18

G%C3%A1sp%C3%A1r's gravatar image

Gáspár ♦
6.5k141829

Merci Gaspar. Un interprète m'a justement parlé du volume de travail qui a beaucoup baissé depuis qu'il a quitté les institutions. C'et justement ce que je crains...On a beau avoir la bonne paire de langue au bon moment et au bon endroit...encore faut-il qu'il y ait du travail à donner aux freelances...C'est surtout à ça que je pensais en rédigeant ma question. J'ai peur que les institutions concentrent leur travail aux permanents et qu'elles recrutent de moins en moins les freelance...(comme l'a fait l'OTAN par exemple).

(21 Feb '15, 09:59) Saph

Which is why it's really not a good idea to stick with only one client, no matter how large, and to have a good EN B.

(21 Feb '15, 12:29) JuliaP

Merci Julia. Je pense en effet qu'il est dans l'intérêt de l'interprète d'avoir un anglais B. Mais est(ce que cela fera vraiment la différence? J'ai entendu dire que le marché privé bruxellois était saturé et que pour travailler sur le marché privé parisien, il fallait vivre à Paris et être diplomé d'une école parisienne. Qu'en penses-tu?

(21 Feb '15, 14:34) Saph

Si la Commission avait assuré 100 jours d'interprétation en 2008, elle en aurait fourni 96 jours en 2009 (baisse due aux élections), 90 en 2010 (baisse due aux éruptions volcaniques), 96 en 2011 et 97 en 2012. Bref, ça fluctue, mais il n'y a pas non plus de diminution à la vitesse de la fonte des glaces.

Un interprète m'a justement parlé du volume de travail qui a beaucoup baissé depuis qu'il a quitté les institutions.

Ce n'est pas forcément lié à une baisse de la demande en interprètes, mais peut être aussi dû à une augmentation de l'offre. Certaines cabines ne sont aujourd'hui plus dans l'urgence de recruter. Ce qui veut dire qu'il y a eu entre temps plus de gens qui se partagent la même quantité (ou un peu moins) de gateau qu'il y a quelques années... ce qui fait des parts plus petites pour chacun. D'où l'importance d'avoir plus de langues et des langues plus intéressantes que son prochain.

Mais méfiance de ces affirmations très générales, surtout quand la personne qui t'affirme qu'il y a eu une "grande baisse" parle d'un phénomène qu'elle n'a pas pu vivre elle-même, puisque ultérieur à son départ. La situation est très variable d'une cabine à l'autre, et ce qui peut-être vrai pour les italiens ne l'est pas forcément pour les français... sans compter ensuite les nuances voire différences qui existent ensuite au sein d'une même cabine en fonction de la combinaison linguistique de chacun.

Et comme le dit très justement InesdC dans un autre commentaire, notre génération est vouée à avoir moins de facilités que la précédente. Que ce soit en interprétation ou ailleurs, l'âge d'or est révolu. Alors, il ne faut pas juste écouter et se laisser décourager par ceux qui vont dire que c'était mieux avant mais aussi comparer à ce que peut offrir la profession aujourd'hui, comparé aux autres débouchés.

(21 Feb '15, 16:50) Gáspár ♦

Hello again Saph! I admit that FR<>EN is not my combination, and I don't work in Brussels either! But from what I do know, most private markets will only hire you if you are local (the same for many international organizations). So, as there are a lot of FR<>EN interpreters in Paris, you would have to work there as a local. You don't absolutely have to have gone to a French school, though it certainly helps. I know a few interpreters who have broken into the market in Paris without having done so - but they are good, and they have other qualities that have been recognized and valued by colleagues and clients, such as super organizational skills, or absolutely perfect manners (which sounds silly but have stood more than one person in good stead when things start to go badly). All of this goes for any city, Brussels, Berlin, Washington...

(22 Feb '15, 06:17) JuliaP
Your answer
toggle preview

Follow this question

By Email:

Once you sign in you will be able to subscribe for any updates here

By RSS:

Answers

Answers and Comments

Markdown Basics

  • *italic* or _italic_
  • **bold** or __bold__
  • link:[text](http://url.com/ "title")
  • image?![alt text](/path/img.jpg "title")
  • numbered list: 1. Foo 2. Bar
  • to add a line break simply add two spaces to where you would like the new line to be.
  • basic HTML tags are also supported

Question tags:

×481
×67
×60
×20
×11

question asked: 18 Feb '15, 10:17

question was seen: 3,541 times

last updated: 22 Feb '15, 11:13

interpreting.info is a community-driven website open to anyone with questions and/or answers about interpreting, i.e. spoken language translation

about | faq | terms of use | privacy policy | content policy | disclaimer | contact us

This collaborative website is sponsored and hosted by AIIC, the International Association of Conference Interpreters.