First-time posters: please review the site's moderation policy

Dans une discussion autour du bénévolat, Walter Keiser écrit :

Just one word about AIIC. Ever since it’s foundation, November 1953, it has been AIIC’s policy to encourage voluntary work by its members. Article 13 of the first issue of the Professional Code stipulates: "Les membres de l’Association peuvent fournir leurs services gratuitement, à condition d’assumer eux-mêmes leurs frais de voyage et de séjour éventuels (sauf dérogation exceptionnelle que le Conseil aurait consentie)".

Je trouve l'affirmation fallacieuse, puisque permettre n'est pas pour autant encourager et que faire porter la charge financière du voyage à l'interprète aurait (aujourd'hui du moins) plutôt l'effet d'une douche froide.

Néanmoins, ce mécanisme me semble intéressant puisque :

  • Les frais assumés par l'interprète bénévole supposent que celui-ci ait des moyens, donc du boulot, donc de l'expérience... ce qui en principe assure une bonne qualité du travail fourni au client.
  • Les frais servaient probablement d'élément qui faisait réfléchir à deux fois (et jeter un oeil attentif aux comptes de l'ONG) avant de signer, évitant les bénévolats de complaisance acceptés un peu trop à la légère, croyant sur parole le client affirmant ne pas avoir les moyens de payer.
  • On évitait en somme le "tourisme" du bénévolat avec le cocktail du pire que l'on connaît : cabines jeunes en quête d'expérience , collègues qui disent oui à tout (et à tout le monde) du moment que le voyage est payé, etc.

Je fais appel aux mémoires des moins jeunes et/ou mieux renseignés que moi pour satisfaire ma curiosité : Quand et pourquoi les règles du jeu ont été changées ? Peut-on trouver quelque part des publications ou procès-verbaux à ce sujet ?

Vos réponses en français, anglais, allemand sont les bienvenues.

asked 27 Feb '14, 09:47

G%C3%A1sp%C3%A1r's gravatar image

Gáspár ♦
6.6k141829

edited 27 Feb '14, 11:16


Hi there, Gaspar :-)

Vaste sujet, as "they" say :-).

Firstly, let me correct a misunderstanding: when Wadi quoted rule 13 of the Code, as it then was, and presented "permettre" as tantamount to "encouraging" one must remember the backdrop of SET minimum rates, ie merely "allowing" members to work for free was indeed encouraging them to do so, for causes they deemed worthy to the point of donating not just their work but also financing their travel, lodging and subsistence costs themselves - barring a waiver to the contrary. As you rightly point out, pro bono was not meant for débutants but chevronnés, who would thus be "giving back" part of the revenue their profession had allowed them to benefit from and making available for free the expertise they had thus gained.

Secondly, as Danielle has already stated, that rule did indeed disappear in the context of the FTC upcoming change: we did amend our texts before the FTC instituted proceedings against us (which they nevertheless decided to do) therefore well before their decision became final.

Finally, professional domicile is another "vaste sujet" ;-)... suffice it to say that aiic was allowed to retain the concept on the strenght of the role it plays in our internal - regional - organisation. I have in the past tried to throw alternative light on this, much to the displeasure of many here ;-) so I won't try it again, such is my concern with colleagues' equanimity ;-).

permanent link

answered 27 Feb '14, 11:20

msr's gravatar image

msr
4.6k6923

1

"Firstly, let me correct a misunderstanding"

Je me doutais d'un possible anachronisme dans ma façon de voir les choses, merci pour ce retour en arrière que la génération Y n'a pas pu connaître. ;-)

Le bénévolat de l'époque fait rêver et se rapproche beaucoup de ce que j'essaye de trouver et d'offrir, les rares fois où je réponds aux appels : Une expertise généreuse et sincère et non une main d'oeuvre précaire rêvant d'être un jour payée.

(27 Feb '14, 11:37) Gáspár ♦

En 1992, l’AIIC a été contrainte – par les événements et par la FTC américaine – de renoncer à fixer des conditions financières à l’exercice de la profession. Seules les conditions de travail (nombre d’interprètes dans une équipe, durée de la journée de travail etc.) ont été préservées. Par conséquent, qu’il s’agisse de bénévolat ou de prestation rémunérée, nos textes indiquent que les conditions financières sont fixées de gré à gré. Dans la réalité, on constate que la plupart des organisations qui engagent des bénévoles leur paient au moins le logement et le transport.

Cela dit, il y a une chose sur laquelle il faut insister lorsqu’on travaille bénévolement : veiller à ce que toutes les conditions de travail (nombre d’interprètes et leurs qualifications, cabines adéquates, durée de la prestation, documentation etc…) soient réunies comme s’il s’agissait d’une conférence rémunérée. Ce qui est loin d’être toujours le cas. Bénévolat ne veut pas dire amateurisme…

permanent link

answered 27 Feb '14, 10:08

Danielle's gravatar image

Danielle
2.7k5712

Merci pour ta réponse !

Je ne trouve de décision qu'à partir de 1996: http://www.ftc.gov/enforcement/cases-proceedings/international-association-conference-interpreters-aka-association

Sais-tu si c'est le litige qui remonte à 1992 ou si les statuts avaient déjà été changés cette année là en prévision de ce qui allait suivre ?

"l’AIIC a été contrainte (...) de renoncer à fixer des conditions financières à l’exercice de la profession."

Peut-être qu'il y a une nuance qui m'échappe... Mais si l'AIIC ne peut plus connaître des conditions de rémunération au sens large (au delà des honoraires), cela voudrait alors dire que les adhérents seraient libres de se faire payer ou non leurs frais de transport lorsqu'ils partent en mission ? Si tel est le cas, à quoi sert aujourd'hui encore le domicile professionnel ?

(27 Feb '14, 10:18) Gáspár ♦

Possible réponse à ma dernière question :

"Members declare a single professional address for the purposes of establishing regions and paying dues; staff members have their professional address in the city where their employer is based. This being said, there is no obligation on members regarding charges for travel and other allowances based on professional address. (Art. 1)."

http://aiic.net/page/6266/conference-interpreting-and-antitrust-law/lang/1

(27 Feb '14, 10:52) Gáspár ♦
1

@gaspar: le domicile professionnel reste d'application dans la mesure où 1) il est prévu par les accords entre l'AIIC et les organisations professionnelles (pour le défraiement des frais de voyage entre celui-ci et le lieu d'affectation, ainsi que les perdiems) et 2) pour des raisons administratives internes à l'AIIC ( où le montant des cotisations varie par région, laquelle est déterminée selon l'adresse professionnelle à chaque début d'exercice comptable)...

(27 Feb '14, 10:56) Vincent Buck ♦♦

Exactement. Le DP sert à la constitution des régions à l'AIIC. Le domicile professionnel et les règles qui s'y rattachent sont fixés dans les Accords avec les institutions et sont contraignants. Sur le marché privé, le DP sert à la constitution des Régions et de l'Annuaire. Il va de soi que les interprètes-conseils s'en servent aussi pour constituer leurs équipes et préparer leurs devis en conséquence. Et pour les interprètes, comme dans toute profession libérale, c'est une question de bon sens. S'il fallait payer de sa poche logement et transport,la plupart changeraient de métier!

(27 Feb '14, 11:10) Danielle

@Vincent : Oui, pour les conventions, j'entends bien, ça reste d'importance. Mais ces accords s'appliquent qu'on soit membre AIIC ou non. Et à ce titre, les parties signataires ont leur propre base de données avec le domicile professionnel des freelance accrédités.

Si pour l'AIIC, le domicile professionnel ne sert plus qu'à déterminer le montant de la cotisation, qu'est-ce qui justifie l'interdiction de double domicile professionnel ?

Avoir deux domiciles n'aura pas d'influence sur le marché privé, puisqu'on peut offrir nos frais de transport au client plutôt de les facturer.

"You are reminded that AIIC rules preclude members from having more than one professional domicile at any given time. The professional domicile declared to the Institutions should therefore be the same as that declared to AIIC." http://aiic.net/page/6277/eu-report-from-the-eu-negotiating-delegation-september-2012/lang/1

@Danielle : "S'il fallait payer de sa poche logement et transport,la plupart changeraient de métier!"

Sauf que je peux dorénavant (enfin, depuis 1996 manifestement, j'ai un train de retard) me baser à Berlin où la vie est deux fois moins chère qu'à Paris et "braconner" là-bas, moyennant vols low-cost, et ainsi offrir des tarifs concurrentiels (jusqu'à ce que je meure d'épuisement). Et ce, sans que l'association professionnelle de référence puisse y trouver à redire... officiellement. C'est un peu l'histoire du plombier polonais qui me surprend. J'étais convaincu que perçevoir les frais de transport était obligatoire pour les AIICisants. Je me coucherai moins bête !

(27 Feb '14, 11:15) Gáspár ♦
2

Et oui, ce n'est plus la peur du gendarme qui pourra te faire voir la lumière. Cela dit, je connais peu de moyens plus rapides pour mourir d'épuisement, seul et sur la paille ;-)

(27 Feb '14, 11:31) Danielle

@gaspar:

les parties signataires ont leur propre base de données avec le domicile professionnel des freelance accrédités.

Les adresses professionnelles sont désormais corrélées entre la base de données AIIC et celles des organisations internationales. Et ce parce que certaines différences étaient apparues entre les adresses déclarées à l'AIIC et auprès des employeurs institutionnels, notamment l'UE...

(27 Feb '14, 11:31) Vincent Buck ♦♦
showing 5 of 7 show 2 more comments
Your answer
toggle preview

Follow this question

By Email:

Once you sign in you will be able to subscribe for any updates here

By RSS:

Answers

Answers and Comments

Markdown Basics

  • *italic* or _italic_
  • **bold** or __bold__
  • link:[text](http://url.com/ "title")
  • image?![alt text](/path/img.jpg "title")
  • numbered list: 1. Foo 2. Bar
  • to add a line break simply add two spaces to where you would like the new line to be.
  • basic HTML tags are also supported

Question tags:

×71
×36
×15
×10

question asked: 27 Feb '14, 09:47

question was seen: 1,766 times

last updated: 27 Feb '14, 11:37

interpreting.info is a community-driven website open to anyone with questions and/or answers about interpreting, i.e. spoken language translation

about | faq | terms of use | privacy policy | content policy | disclaimer | contact us

This collaborative website is sponsored and hosted by AIIC, the International Association of Conference Interpreters.