First-time posters: please review the site's moderation policy

Bonjour à tous,

J'avais quelques questions à propos des études en traduction/interprétariat. J'imagine que ce genre de questions a déjà été posé mais je tente ma chance. Actuellement, je suis étudiant en sociologie mais je me rends compte que ce n'est pas tout à fait ce que j'aimerais faire. En effet, mon projet de vie serait de travailler particulièrement dans un environnement complètement multilingue et je me dis que des études en traduction/interprétariat (plus particulièrement l'interprétariat) me seront plus utiles que des études en sociologie. Serait-ce donc une bonne idée pour moi de changer d'option pour l'interprétariat?

Plus tard, j'aimerais pouvoir être un "relais linguistique" entre les personnes et permettre aux gens de se connecter à travers les cultures. Ca fait un peu "idéaliste" comme ça mais concrètement, j'aimerais travailler pour de grandes institutions ou des ONG. A côté de cela, j'ai vu qu'on pouvait devenir interprète en milieu social encore une fois dans les ONG ou bien dans les hôpitaux et autres lieux qui peuvent accueillir des personnes aux origines diverses. Mais je demande s'il y a assez de débouchés en tant qu'interprète dans ce secteur particulier... Si ce n'est pas le cas, pourrais-je être tout de même engagé à d'autres fonctions similaires à celle d'interprète?

Etant donné que je compte travailler plus dans un milieu social, quelles seraient les langues que je devrais suivre durant mes études? Je suppose que l'arabe serait par exemple presque essentiel?

Voilà, j'espère que je pourrai trouver les réponses que je cherche à mes questions ici. Merci d'avance d'avoir pris la peine de me lire.

asked 19 May '16, 11:43

Luca%20Fr%C3%A8re's gravatar image

Luca Frère
10112


je me dis que des études en traduction/interprétariat (plus particulièrement l'interprétariat) me seront plus utiles que des études en sociologie. Serait-ce donc une bonne idée pour moi de changer d'option pour l'interprétariat?

Tout dépend de ton objectif, qui à la lecture de ton message me semble un peu flou. Grandes institutions, ou ONGs ou milieu social, c'est des mondes très différents, avec des exigences parfois diamétralement opposées et des rémunérations et conditions de travail divergentes.

Tu dis aussi vouloir travailler dans une équipe complètement multilingue. Si par là, tu entends une équipe d'Amnesty ou de MSF qui planchent sur une mission, où chacun vient d'un pays différent, il y a fort à parier que tout le monde parlera l'anglais... et que pour intégrer une telle équipe, il ne te suffira pas de parler des langues étrangères (c'est un peu comme le permis de conduire, un prérequis qui ne te démarque pas de la masse), mais il faudra avoir une autre spécialité.

Enfin, garde à l'esprit que les études d'interprétation (niveau master pour l'interprétation de conférence) ne font que t'enseigner la technique pour traduire un discours prononcé. Le bagage linguistique quant à lui doit déjà être acquis avant le début de la formation.

Les langues pertinentes dépendent des débouchés que tu vises. L'interprétation de conférence, telle qu'elle se pratique dans les grandes organisations ne mise pas sur les mêmes profils linguistiques que l'interprétation pratiquée dans les hôpitaux locaux, les tribunaux nationaux, etc.

Si les crises d'aujourd'hui nécessitent des langues comme le farsi, le kurde (sorani et kurmanji), le pashto, l'urdu, etc. va savoir de quoi sera fait demain.

permanent link

answered 25 May '16, 11:03

G%C3%A1sp%C3%A1r's gravatar image

Gáspár ♦
6.7k141829

Merci de ta réponse! :)

Je dois avouer que je ne pense pas à un secteur précis... A vrai dire, je ne pense qu'à une seule chose, c'est de travailler avec les langues. Mais pour ce seul point, je reste très exigeant et je n'ai pas trop envie que ça reste juste un "atout". J'ai vraiment envie que mon métier soit tourné autour des langues. Pour ça, je suis très "ouvert" à tout et je me vois très bien travailler dans un peu n'importe quel milieu du moment qu'il y ait cet aspect "langues".

Ah ouais je vois... Je me dis que je pourrais travailler pour les services de communication de ces organismes alors?

Oui je m'imagine que ce n'est pas une école de langues non plus mais je crois que pour ça aussi ça devrait aller. Je ne parle qu'anglais, un peu de néerlandais et je suis capable de comprendre plus ou moins de manière basique l'allemand et l'italien mais je crois que je peux toujours m'améliorer si je me concentre vraiment sur les langues. :)

C'est vrai que c'est difficile de deviner quelles pourraient être les langues d'avenir. Je devrais peut-être d'abord m'intéresser aux langues qui m'attirent plus particulièrement.

Encore merci!

(26 May '16, 16:48) Luca Frère

Je dois avouer que je ne pense pas à un secteur précis... A vrai dire, je ne pense qu'à une seule chose, c'est de travailler avec les langues. Mais pour ce seul point, je reste très exigeant et je n'ai pas trop envie que ça reste juste un "atout".

Les études de traduction et d'interprétation sont très spécialisées, la reconversion dans une CSP comparable n'est pas évidente, si tu ne trouves pas de débouchés dans la branche. Or sortir d'un bac +5 et te retrouver à faire du service client trilingue par téléphone pour une société de services low-cost peut être quelque peu frustrant.

Si tu veux bosser avec les langues au quotidien, oriente toi plutôt vers les cursus bilingues, tu en as en économie comme en sciences juridiques, ou vise une formation universitaire à l'étranger, qui te fera acquérir les compétences requises pour être opérationnel en deux langues. Commerce, management, sciences po, ou même ingé. Sans compter les études qui gravitent autour du web. De la start-up berlinoise à Google, y'a pas mal de diversité de cultures et de langues dans un même open space.

(27 May '16, 06:30) Gáspár ♦

Je ne sais pas ce qu’il en est dans d’autres ONG, mais à ma connaissance, l’interprétation de conférence pour Amnesty International est toujours bénévole.

Pour ce qui est de l’interprétation communautaire ou dans les services sociaux, il y a énormément de différences techniques avec l’interprétation de conférence, mais l’impératif de fidélité au message original demeure. J’ignore à quelle fréquence un interprète communautaire a des chances de travailler, pour quelle rémunération (je suis sûr qu’elle est moindre qu’en interprétation de conf) et avec quelle combinaison linguistique on peut espérer en vivre.

Quand j’en entends parler, c’est pour du bénévolat, et les « clients » ne savent pas toujours quelle langue est demandée (l’afghan n’est pas une langue). Je ne veux pas dire qu’il n’existe pas d’employeur sérieux, mais il n’est pas évident de trouver des renseignements sur ce marché.

permanent link

answered 19 Jun '16, 18:30

mflorian's gravatar image

mflorian
315

[Erratum] D’après Wikipédia, l’afghan est bien une langue, (un synonyme de pachto), mais je reste convaincu qu’on ne peut pas être sûr que la personne pour qui on va interpréter parlera vraiment pachto.

(19 Jun '16, 18:36) mflorian
Your answer
toggle preview

Follow this question

By Email:

Once you sign in you will be able to subscribe for any updates here

By RSS:

Answers

Answers and Comments

Markdown Basics

  • *italic* or _italic_
  • **bold** or __bold__
  • link:[text](http://url.com/ "title")
  • image?![alt text](/path/img.jpg "title")
  • numbered list: 1. Foo 2. Bar
  • to add a line break simply add two spaces to where you would like the new line to be.
  • basic HTML tags are also supported

Question tags:

×32
×1
×1

question asked: 19 May '16, 11:43

question was seen: 1,368 times

last updated: 19 Jun '16, 18:36

interpreting.info is a community-driven website open to anyone with questions and/or answers about interpreting, i.e. spoken language translation

about | faq | terms of use | privacy policy | content policy | disclaimer | contact us

This collaborative website is sponsored and hosted by AIIC, the International Association of Conference Interpreters.